Formulaire de recherche

Deuxième rappel vaccinal en question

La quatrième dose est à présent accessible aux personnes de plus de 80 ans, en complément des personnes immunodéprimées. Des critères qui pourraient évoluer prochainement.

© adobestock_konstantin youganov

Qui peut recevoir une seconde dose de rappel, et dans quel délai par rapport à la précédente injection, voire à un épisode infectieux ? À l'heure actuelle, le DGS-Urgent n°2022_40 daté du 14 mars dernier fait foi. Il précise que les personnes de 80 ans et plus, et les résidents en établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) ou en unités de soins de longue durée (USLD) sont éligibles à un 2e rappel vaccinal (également appelée 4e dose dans la plupart des cas), et ce, à partir de 3 mois après l’injection du 1er rappel. Cette autorisation est conforme à l’avis du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale (COSV) du 18 février 2022. Dans ce cadre, c'est une dose pleine du vaccin Pfizer-BioNTech ou une demi-dose de vaccin Moderna qui doit être utilisée. À noter : les personnes immunodéprimées sont également concernées par ce rappel suite à des recommandations précédentes.

Un avis de la HAS pour les plus de 65 ans

Dans son avis rendu le 18 mars, la Haute Autorité de santé (HAS) propose de rendre possible l’administration d’une seconde dose de rappel aux personnes de plus de 65 ans qui le souhaitent, et qui sont polypathologiques ou à très haut risque de forme sévère de la maladie. « En raison de l’efficacité vaccinale encore bonne (supérieure à 70 % sur les hospitalisations) trois mois après le premier rappel, de la perspective d’un potentiel besoin de rappel additionnel à l’automne, et pour ne pas diminuer l’adhésion de la population à la vaccination par des rappels trop fréquents », la HAS recommande de respecter un intervalle d’au moins six mois avec le premier rappel. Dans son live hebdomadaire, Philippe Besset a indiqué que des précisions sur les modalités de réalisation du second rappel devraient être apportées rapidement par le ministère de la Santé.

Et ailleurs ?

Selon le site officiel mesvaccins.net, les doctrines sont comparables dans de nombreux autres pays. En Allemagne, les autorités ont recommandé d’effectuer un rappel par un vaccin à ARN, à partir de 3 mois après le premier rappel, aux personnes de plus de 70 ans, très immunodéprimées ou vivant en maison de retraite. Pour les professionnels de santé, un rappel est déjà recommandé tous les 6 mois, sauf si la personne a été infectée par le virus entre temps. En Suède, une 4e dose est proposée aux personnes de plus de 80 ans, à celles vivant en maison de retraite ou soignées à domicile, un mois seulement après le premier rappel. La Nouvelle-Zélande, le Brésil et l’Australie proposent un 2e rappel aux immunodéprimés et réfléchissent à l’élargir, comme l’a fait le Canada, aux personnes âgées ou vivant en maison de retraite, 3 mois après la troisième dose. Aux États-Unis, la seconde dose booster est désormais ouverte aux personnes de plus de 50 ans et aux immunodéprimés, au moins 4 mois après la dernière injection.

Par Alexandra Chopard

1 Avril 2022

© Le Pharmacien de France - 2022 - Tous droits réservés