Formulaire de recherche

La HAS fait confiance aux pharmaciens

Invitée pour présenter les missions de la HAS, institution aux rouages peu connus des officinaux, la Pr Dominique Le Guludec en a profité pour saluer leur travail et faire une annonce.

Dominique Le Guludec, présidente de la HAS en visioconférence avec Valérie Garnier, présidente de l’URPS pharmaciens du Gard.© alban roinard

« Vous avez surtout entendu parler de nous pendant la crise : les tests, les vaccins, la télésanté, les réponses rapides pour les professionnels », égrène Dominique Le Guludec, présidente du collège de la Haute Autorité de santé (HAS), devant les pharmaciens réunis à Lille. En visio, exactement comme lors de ses avis très attendus sur la sécurité des vaccins ou la fiabilité des tests au cœur de la pandémie, elle s’est « réjoui[e] de partager ce moment » avec les officinaux si « proches des gens » dont elle a salué « le rôle primordial dans la démarche de vaccination de masse » contre la Covid.

Vaccination dès 2 ans

« La France n’avait jamais vacciné tant de monde en si peu de temps, et la contribution des pharmaciens a été décisive. C’est d’ailleurs ce qui nous a poussés à poursuivre cette logique d’extension de leurs compétences. » Après un premier avis en janvier dernier prônant l’élargissement des vaccinations à l’officine pour les plus de 16 ans, la HAS s’est en effet prononcée en faveur de la prescription et de la vaccination par les pharmaciens des enfants dès 2 ans, pour l’ensemble des valences pédiatriques. Une belle preuve de confiance de l’institution envers la profession annoncée par sa présidente en avant-première lors de cette conférence.

Qualité des soins

Quelles sont les missions de la HAS ? Émettre des avis pour éclairer l’exécutif ; évaluer les produits de santé et les actes professionnels en vue de leur remboursement ; mesurer la qualité des soins dans les hôpitaux, cliniques et établissements sociaux et, depuis peu, médico-sociaux, en particulier les Ehpad, ou encore élaborer des recommandations de bonnes pratiques, par exemple dans le parcours de soins coordonné avec l’Assurance maladie… Vaste champ d’action pour cette instance qui, en résumé, met tout en œuvre pour développer la qualité des soins.

Collaborer avec les pharmaciens

Mais « nous ne faisons rien seuls », martèle la cardiologue et professeure de biophysique et médecine nucléaire, qui pilote la HAS depuis décembre 2017. « Pour mener à bien nos missions et élaborer les productions de la HAS, nous veillons en permanence à associer l’ensemble des acteurs concernés afin d’avoir tous les avis autour de la table. Aussi bien les patients que les professionnels, dont les pharmaciens qui composent nos commissions et nos groupes de travail. » C’est ainsi le cas de Valérie Garnier, présidente de l’URPS pharmaciens d’Occitanie et présente sur la scène de Lille Grand Palais pour témoigner devant ses pairs de son engagement total au sein de la commission de la transparence de la HAS dès 2014, puis de la commission technique des vaccinations en 2017, particulièrement sollicitée depuis le début de la pandémie de Covid.
Mais la reconnaissance de la HAS envers l’officine s’étend bien au-delà. L’instance salue par exemple le rôle de « médiateurs numériques » joué par les pharmaciens auprès des populations âgées « non familières des nouvelles technologies », voire « non équipées de smartphones », pour les accompagner dans les téléconsultations et « ne pas en faire des exclus de la e-santé ». Le télésoin mené à distance par le pharmacien avec son patient est également loué par Dominique Le Guludec. « Il est adapté à l’entretien pharmaceutique, au bilan de médication et à l’accompagnement de pathologies chroniques : entretiens tabagiques, asthmatiques, diététiques sur l’obésité ou le diabète », énumère la présidente. « Les travaux de la HAS concernent beaucoup les pharmaciens d’officine et je vous invite à y participer le plus possible. Car nous avons besoin de vous sur le terrain pour renforcer notre expertise sur votre profession et vos missions si essentielles à notre système de santé. »

Par Hélène Bry

1 Juillet 2022

© Le Pharmacien de France - 2022 - Tous droits réservés